Rives de la Bénoué

Tournée de prise de contact et de relance socio-économique

Tournée de prise de contact et de relance socio-économique

Du Préfet du Département de la Bénoué

 

Nassarao, village mythique

et chargé d’histoire et de leçon

 

La tournée du Préfet ZANG III de la Bénoué s’est poursuivie par le canton de Nassarao dans l’arrondissement de Garoua II.

 

Nassarao, c’est le village qui a vu naître  des illustres personnalités de ce pays dont le tout premier Président de la République du Cameroun, M. AHMADOU AHIDJO ; Cela pourrait justifier la présence massive des populations dudit canton à la rencontre du Préfet du Département de la Bénoué. Des populations toutes sensibilités politiques, religieuses et ethniques confondues. Cela explique également, a relevé le porte parole des populations de ce canton dans son mot de bienvenue, l’attachement viscéral de ces populations aux institutions républicaines hier comme aujourd’hui.

Des très grandes figurent de l’histoire du Cameroun à l’instar de M. MOUSSA YAYA, MAÏDADI SADOU ou WADJIRI YAYA ont vu le jour à Nassarao qui veut dire en langue Peulh « La Victorieuse » dans la conquête peulh. Un des conquérants de taille que l’on cite à souhait  aujourd’hui est le Professeur OUMAROU BOUBA promu le 29 décembre 2008 comme Recteur de l’Université de Yaoundé I, la mère des Universités du Cameroun.

Aujourd’hui, Nassarao est composé d’environ 10.000 âmes qui sont agriculteurs, éleveurs et pêcheurs. Ils sont Foulbé, Fali, Matakam, Haoussa, Toupouri, Guidar, etc. et cohabitent dans l’harmonie.

Sur le plan infrastructurel, la vielle école primaire créée en 1962 est passée à cycle complet en 1983 et se trouve aujourd’hui saturée. On note également 02 écoles maternelles, un lycée, un CETIC, deux centres de santé intégrés à Nassarao et Katasko et des routes réfectionnées tout récemment par la Commune de Garoua II.

Compte tenu de la poussée démographique, ces infrastructures sont insuffisantes d’où le souhait des populations de doter le canton des nouvelles adductions d’eau dans les centres de santé et certains villages environnants, de viabiliser les différentes voies reliant ces villages et surtout l’affectation des personnels qualifiés.

Dans son allocution de circonstance, le Préfet ZANG III a d’abord décliné les raisons d’une telle descente qui se trouvent ans la tradition administrative qui veut que chaque fois qu’une autorité est nommée à la tête d’une unité administrative, qu’elle entreprenne une tournée à l’effet de connaître son territoire de commandement, ses populations qu’elle est amenée à encadrer, les difficultés que rencontrent ces populations, recueillir leurs doléances, les résoudre ou les transmettre à la hiérarchie à tous les niveaux.

Et en réponse à certaines préoccupations, notamment liées au personnel d’encadrement, le Préfet de la Bénoué a annoncé que plus de 300 enseignants frais émoulus de l’Ecole Normale de Maroua sont affectés dans la Bénoué. En outre, le Gouvernement est décidé à apporter le bien-être et à conduire les localités vers le développement.

Satisfait du fait que les populations de Nassarao vivent en parfaite intelligence, le préfet ZANG III les a invité à continuer à parfaire la paix et la cohésion sociale, à préserver le climat de paix et aux responsables politiques, à sensibiliser les populations de Nassarao et tous les villages environnants à s’inscrire sur les listes électorales pour que chaque Camerounais qui a 20 ans puisse accomplir son devoir civique. La carte nationale d’identité ne doit plus constituer un obstacle à la suite de la décision du Chef de l’Etat de ramener de 7.000 à 2.800 Frs, les frais d’établissement de ladite carte.

Aux chefs traditionnels de 3ème degré qui n’ont pas compris leur rôle d’auxiliaire d’administration pour se confiner à la vente des terrain ou aux collectes des bêtes, M. ZANG III a dit qu’ils doivent savoir qu’ils sont là pour l’encadrement des populations et relayer les messages des autorités administratives et ne doivent pas être un obstacle à la bonne diffusion des messages de ces mêmes autorités.

Et à propos de la vente de carburant de la contrebande dont le message connaît quelques difficultés d’application dus aux chefs traditionnels, le préfet a relevé qu’il s’agit d’une activité qui occupe malheureusement les jeunes de 14, 15 et 16 ans qui devraient se retrouver à l’école au lieu de vendre du carburant frelaté. Cette activité sera enrayée dans le périmètre urbain de Garoua. En tout cas, a-t-il martelé, si le Professeur OUMAROU BOUBA avait passé son temps à vendre ce carburant, il ne saurait être à la tête de l’Université de Yaoundé. C’est un exemple à suivre. Et pour que les fils de Nassarao soient nommés à des postes de responsabilités, ils  doivent aller à l’école.

 

Essiakou Elhadj Saliou



17/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres