Rives de la Bénoué

la Sodecoton :Moteur de l’activité économique

La Sodecoton : un arbre de paix et de stabilité

 

La Société de Développement du Coton du Cameroun (SODECOTON) est un arbre de paix et de stabilité dans les trois régions septentrionales du pays. Dans l'harmonie d'un travail guidé par la transparence et l'équité prônées par la Direction Générale, le Personnel et les différents partenaires de la filière fournissent au quotidien de l'énergie au moteur de l'activité économique de la zone.

 

Les différentes grandes branches de cet arbre de paix et de stabilité sociale sont:

 

1 - Une aventure humaine :

Partenariat renforcé avec 250 000 producteurs organisés en 2 000 Gics, 47 Unions de Gics, 9 Fédérations d'Unions et regroupés au sein de la Confédération Nationale des Producteurs de Coton du Cameroun (CNPC-C);

3500 salariés dont 1950 permanents;

Création de plus de 5 000 emplois saisonniers ruraux au sein des groupements de producteurs de coton (magasiniers, gestionnaires du crédit, agents de suivi des cultures, agents d'appui à l'élevage…) ;

Filière agro-industrielle intégrée, donc l’activité s’étend du conseil agricole, à la logistique intrants, au crédit rural, à la collecte et à la transformation industrielle du

coton-graine en coton fibre, huile raffinée et aliments du bétail et, depuis 2008, du soja en huile raffinée et tourteau.

Partenariat scientifique avec les organismes de recherche: IRAD, CIRAD, IRD, etc.

Création d'activités induites par des milliers d'acteurs économiques (petits artisans et commerçants, fournisseurs, transporteurs, transitaires, assureurs, banques et autres...).

 

2 - La création de richesses et de valeur ajoutée en milieu rural

100 à 300 000 tonnes de cotongraine produites par an;

40 à 125 000 tonnes de fibres par an;

9 à 18 000 tonnes d'huile de table "Diamaor" (coton) et "Soyor" (Soja);

30 à 60 000 tonnes d'aliments du bétail (Alibet, Nutribet et Soyabet) ;

De 20 à 60 milliards de F CFA redistribués annuellement en milieu rural.

 

3 - L'amélioration des pratiques et des performances agricoles :

Recherche agricole, en partenariat avec l'IRAD, le Cirad, l'IRD, pour la création variétale et la mise au point d'innovations technologiques;

Production semencière (coton et soja) ;

Développement de la culture attelée, des traitements herbicides et insecticides en bas volume, du semis direct et des techniques de semis sous couvert végétal (SCV) ;

Diversification agricole (développement des filières maïs et soja) ;

Fertilisation minérale et organique et généralisation de l'utilisation des herbicides sur l'ensemble des cultures;

Protection phytosanitaire du coton et du niébé ;

Accompagnement de la CNPC-C dans la gestion du crédit agricole au profit des producteurs (de 15 à 20 milliards F CFA par an) et dans la logistique des intrants agricoles.

 

4 - Une activité industrielle en développement

9 usines d'égrenage de coton-graine cumulant une capacité de 300 000 tonnes par an ;

2 huileries capables de triturer 120

000 tonnes de graines de coton par an ;

Programme d'investissement dans une unité de délintage et de traitement industriel des semences de coton (2012), une unité de classement instrumental de la fibre de coton (2012), le renforcement des capacités des huileries de Garoua et Maroua (2014-2016).

 

5 - Des actions de service public

Participation ou conduite de projets de développement rural intégré réalisés sur financements extérieurs:

- Projet Nord-Est Bénoué

- Projet Sud-Est Bénoué

- Projet Centre-Nord

- Projet DPGT ( Développement Paysannal et Gestion des Terroirs);

- Projet ESA (Eau - Sol - Arbre)

- Projet de Conservation des Sols (PCS/ESA II).

Création de 2 400 Km de pistes rurales et entretien annuel de 7 000 Km ;

Appui à l'élevage des exploitations cotonnières (santé animale, production de fumure organique…)

Appui à l'organisation professionnelle des producteurs de coton et vivriers par :

- Création de GVP (Groupements Villageois pré coopératifs et AVP (Association Villageoise de Producteurs) à partir de 1980 ;

- Création du CPCC (Comité des Producteurs de Coton du Cameroun) en 1996 ;

- Création de l'OPCC-GIE (Organisation Professionnelle des Producteurs de Coton du

Cameroun) en 2000 ;

- Evolution institutionnelle de l’OPCC-GIE en CNPC-C (Confédération Nationale des Producteurs du Coton du Cameroun) en 2010 qui est la faitière des 47 unions de secteurs des Gics et 9 Fédérations d’unions de régions.

de coton Marché de coton-graine

 

6 - Un projet d'avenir - le Plan stratégique 2010/2011 - 2014/2015

Au sortir de la crise cotonnière de 2005 à 2009, redressement et stabilisation de la production cotonnière au dessus du seuil de 200 000 tonnes de coton-graine par an ;

Diversification des revenus agricoles des producteurs de coton et de l'activité agro-industrielle de la SODECOTON par le développement du Pôle oléagineux vers le soja et le tournesol (40 000 tonnes à l'horizon 2015);

Sécurisation des revenus des producteurs de coton en partenariat et avec l'aide de l'Etat par le biais de la création du Fonds de gestion du risque Prix, destiné à garantir le paiement d'un "prix plancher" aux producteurs en cas de chute brutale des cours du coton, et par le biais du renforcement du Fonds de roulement engrais géré paritairement par la SODECOTON et la CNPC-C ;

Modernisation des pratiques agricoles par la généralisation des semences délintées de coton, des semences sélectionnées de céréales, du semis mécanique, des traitements herbicides localisés et du semis sous couvert végétal, sur financements SODECOTON, C2D

(Contrat de désendettement développement) et BID (Banque Islamique de Développement) ;

Programme d'investissements en partenariat avec l'Etat, l'ITFC (International Islamic Trade Finance Corporation) et la BID (Banque Islamique de Développement) au bénéfice de la recherche cotonnière (laboratoire d'entomologie coton, renforcement des équipements du laboratoire de technologie fibre) et le l'activité agro-industrielle (unité de délintage et de traitement industriel des semences de coton, salle de classement instrumental de la fibre de coton, gestion intégrée de l'égrenage et de l'évacuation de la fibre de coton.

Consolidation des actions de service public conduites par la SODECOTON (appui à la recherche agronomique, renforcement des capacités des groupements de producteurs de coton, appui à l'élevage en zone cotonnière, entretien des pistes rurales) sur financement Etat et BID. Ainsi, la SODECOTON reste et demeure le fleuron agro-industriel, poumon économique des régions de l'Extrême- Nord, du Nord et de l'Adamaoua.

 

Louis Nama

 

 



26/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres