Rives de la Bénoué

Fuite du Coton camerounais vers le Nigeria

Les prévisions de la saison agricole 2010/2011 sérieusement compromises

 

Qualifiée de Hold-up cotonnière par le Directeur Général adjoint de la SODECOTON M. HENRI CLAVIER, la fuite du coton camerounais vers le Nigeria  voisin préoccupe tout le monde. Le sujet a été au centre d’un conclave regroupant, Autorités Administratives, traditionnelles, les forces de maintien de l’ordre, les producteurs, autour de la CNPC-Cameroun et la SODECOTON.

 

Ce séminaire interprofessionnel a pour objet de revoir les stratégies et mettre sur pied un système efficace pour barrer la voie à ce fléau qui menace l’Economie Camerounaise. La sécurisation du coton Camerounais reste préoccupante dans les zones frontalières avec le Nigeria.  Pour  le Secrétaire Général des Services de la Région du Nord, «  c’est le fléau N° 1 à combattre ». Pendant deux jours les participants ont fait le tour et le point sur la campagne Agricole commerciale 2010/2011 menacée. La SODECOTON éprouve d’énormes difficultés  à organiser les marchés de coton eu égard à la situation. Des crédits sont accordés aux  producteurs et par groupement, malheureusement  ce coton est plutôt vendu ailleurs. Pour la SODECOTON c’est une perte incalculable.

Sus le plan Economique, le coton qui a fait ses preuves dans les régions septentrionales, est en ballottage défavorable aujourd’hui. Plus de 25 900 Tonnes de coton grain sont exportées vers le Nigeria, soit 16% de la production, estimée pour une valeur de plus de 35 000 Milliards de francs CFA.

Le prix du Kilogramme à l’origine du fléau.

La SODECOTON en accordant des crédits aux planteurs cherche à récupérer ses dettes à travers le prix d’achat du kilogramme. Le coton  est vendu au Cameroun à 250F le Kilogramme alors que le Kilogramme varie entre 400 à 700F en fonction  de la qualité au Nigeria. Certains producteurs qui ont bel et bien reçu des crédits de production ne respectent pas les closes qui veulent que le coton cultivé au Cameroun grâce à un préfinancement de la Sodecoton soit exclusivement vendu à la Sodecoton. Ils ont opté pour une vente directe. Tous les moyens de transport sont mis à contribution pour l’acheminement du coton : camions, motocyclettes, vélos, pousse-pousse et de fois par tête.

 

Les zones les plus touchées, l’Extrême-nord et Nord.

villages

Production attendue

Production achetée par la SODECOTON

Production exportée

MAROUA Nord

15 000 T

9 400 T

5 600 T

MAROUA Sud

22 700 T

4 800 T

17900 T

Kaélé

18 300 T

3 500 T

17950 T

Tchatibali

7 300 T

11 00T

6 800 T

Guider

27 900 T

39 00T

24000 T

Garoua

26 200 T

3 000T

23   200 T

 

Par cette pratique, le tissu économique est profondément affecté. La SODECOTON suspend l’octroi des crédits agricoles aux paysans.  La production vivrière a chuté dans certains villages. Que restera t-il pour demain en voulant vendre aujourd’hui cher au voisin ?   L’urgence de l’heure pour la SODECOTON, c’est de fermer les portes de sortie et que les cotonculteurs se remettent  au travail et qu’ils vendent surtout leurs productions à la SODECOTON. Les forces de maintien de l’ordre, les chefs traditionnels en bref tout le monde est mobilisé pour éradiquer le fléau.

Incident de la fuite

Au de-là du manque  à gagner, c’est notre économie qui perd ainsi des devises. Une grosse perte de près de 35 000 milliards de francs pour l’Etat Camerounais. Le chiffre d’Affaires est en chute libre avec pour conséquence immédiate la mise en chômage du personnel qui est imminente, par conséquent  il faut renverser la situation. Ce qui engendre des incidents sur les intrants et la réduction du personnel de la SODECOTON. La mise à la disposition des cultivateurs des crédits agricoles pourrait souffrir du non recouvrement des dettes quand le coton est vendu au Nigeria.

Des décisions fortes annoncées par le Directeur Général de la SODECOTON

M. IYA MOHAMMED

Et compte tenu du faible taux de recouvrement des crédits cette année, la société a opté pour le recouvrement forcé. Pour cela, un Directeur Juridique et un  Magistrat de formation seront recrutés à la SODECOTON.  La  CNPC-Cameroun (Confédération Nationale des Producteurs du Coton) va établir la liste des redevables. La fidélisation des cercles de caution solidaires fera l’objet d’une bataille. Ils sont à la base de la sécurisation du crédit. .la CNPC-Cameroun a besoin d’avoir une garantie. Chaque paysan doit s’engager à reconnaitre le crédit et à le rembourser. La privatisation des appareils de traitement herbicide et insecticides aux cercles de caution ou aux individus. Des appareils neufs seront vendus à crédit sur un an pour éviter les rotations. Les pièces détachées seront disponibles à la SODECOTON. Et pour finir, le prix d’achat du kilogramme de coton sera amélioré pour motiver les producteurs.



29/04/2011
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres