Rives de la Bénoué

ELECTRIFICATION DANS LE NORD

 

Région du Nord

Electrification rurale.

 

Vingt et six villages bientôt connectées au réseau.

 

La Bénoué nord s’apprête à sortir de sa léthargie socio-économique. De l’électricité pour tous, une preuve s’il en était encore besoin de la marche en avant de la politique des grandes ambitions et une radio communautaire, symbole d’une élite engagée. L’Etat à travers  l’agence d’électrification rurale (AER) a obtenu du fonds d’aide du Royaume d’Espagne, le financement d’un projet d’électrification de 26 localités le long de la frontière Cameroun – Nigeria dans la partie nord du département de la Bénoué. Les travaux sont en voie d’achèvement et la mise en service de ce réseau est imminente à la grande satisfaction des laborieuses populations qui voient ainsi un lointain rêve devenir réalité. Cette autre sollicitude de la politique des grandes ambitions conduite par le Président de la République son excellence M. PAUL BIYA, s’accompagne par le franchissement d’un autre  pas vers la modernité et le développement local, un apport de l’élite soucieuse du bien être commun mais davantage réceptive aux efforts des pouvoirs publics dont elle entend se faire le meilleur relais vers les populations. A Demsa, l’on est satisfait et engagé à soutenir la dynamique actuelle sans relâche. L’honorable MOUSSA  OUSMANOU, élite de DEMSA, Président de la section RDPC de Bénoué Nord, dénombre les acquis et ébauche les perspectives d’un avenir plutôt en lumière.   

INTERVIEW

 

 

« Ce sont des  réalisations à mettre à l’actif de  la politique des Grandes Ambitions du Chef de l’Etat S.E. Paul BIYA. »

 

 

L’ACTION : La couverture scolaire de l’arrondissement de DEMSA situé dans la partie de la Bénoué est de plus en plus satisfaisante, avec notamment la modernisation en cours du lycée de Gashiga qui répond désormais aux normes des lycées de pointe avec son centre multimédia fonctionnel. Quel sentiment cela suscite t-il à l’élite que vous êtes ?

Un sentiment de satisfaction m’anime en ma double qualité  d’élite et de responsable politique. Le CES de DEMSA qui a été érigé en lycée est la concrétisation de nombreux efforts. En effet, l’école en tant que creuset de développement mérite aujourd’hui que nous lui accordions une attention toute particulière. Le monde évolue et DEMSA ne sera pas à  la traîne. Le centre multimédia qui y a été créé vient donc à point nommé pour initier nos jeunes scolaires à l’outil informatique.  

 

 

Votre arrondissement juxtapose la ville de Garoua qui jouit aujourd’hui d’infrastructures de qualité en matière de couverture médicale. Toutefois cette proximité ne profite pas à l’ensemble de vos populations notamment les villages situés dans la partie Ouest de l’arrondissement. De ce fait, il y a nécessité pourrait-on dire de voir s’ériger davantage de centres de santé ?

 

Tout à fait. Depuis une dizaine d’années, l’hôpital de Gaschiga a été érigé en service de santé du District de Garoua rural nord qui couvre quatre unités administratives. Ceci dans le cadre de la politique gouvernementale « santé pour trous en l’an 2000 ». Aujourd’hui il faut dire que cette institution dispose d’un bloc pour la petite chirurgie ; et les populations viennent de partout pour y recevoir des soins de qualité. Par ailleurs, à la faveur du programme de développement de l’ouest Bénoué (PDOB), nous avons bénéficié de la construction de quelques centres de santé ; notamment dans la partie à laquelle vous faites allusion (Bamanga, Pomla Manga…)

 

 

Il y a quelques mois vous annonciez la mise en route d’un programme d’électrification de cet arrondissement avec l’appui d’un financement du Roi d’Espagne, toute chose que les populations attendent avec enthousiasme.

 

L’Agence d’électrification rurale (AER) a obtenu du fonds d’aide du Royaume d’Espagne, le financement d’un projet d’électrification de 26 localités le long de la frontière Cameroun - Nigeria. Les villages de l’arrondissement de Demsa situés le long de cette frontière sont concernés. Les travaux sont en voie d’achèvement et la mise en service de ce réseau est imminente. Autant vous dire que toutes ces réalisations sont à mettre à l’actif de  la politique des Grandes Ambitions du Chef de l’Etat S.E. Paul BIYA. 

 

La sécurité dans son ensemble est un aspect sur lequel on relève d’énormes progrès dans l’arrondissement de DEMSA où il y a de moins en moins d’actes de coupeurs de routes, de rapt d’enfants et de vols de bétail. Est-ce un fait ponctuel ou alors c’est  la sérénité qui est définitivement de retour ?

 

Nos populations ont beaucoup souffert de ce phénomène. Grâce  à l’action concertée des autorités administratives, autorités traditionnelles et forces de maintien de l’ordre, le mal est entrain d’être jugulé, La sérénité semble revenir au sein de la population. Toutefois nous devons rester vigilants.

 

 

Au plan politique, DEMSA a toujours jeté son dévolu sur le RDPC. A l’approche des grandes échéances de 2011, quel est l’état de vos troupes et quel message lancez-vous à l’attention de vos militants et sympathisants ?

 

La Bénoué Nord soutiendra le candidat du RDPC, en l’occurrence le président national tel que le stipule les textes de base du parti. Nous sommes sereins et nous attendons 2011. Grâce  au dynamisme de nos militants, nous avons abattu un véritable travail de fond dans ce territoire que nous partageons avec une grosse pointure de l’opposition et nous espérons que le processus de renversement de situation est enclenché, Finie la période des promesses édéniques et le regroupement des élites sur la base tribale, ainsi, la Bénoué nord met en exergue des intérêts d’une toute autre facture : Professionnels, demande d’infrastructures, maintien de la paix etc.

 

 

Un important outil de sensibilisation sociale est en gestation. Il s’agit de la radio communautaire de DEMSA. N’était-il pas grand temps qu’un tel outil d’éducation vienne renforcer les efforts des pouvoirs publics sur des questions qui touchent entre autres à la nécessité d’établir les actes de naissance des nouveaux –nés et la carte nationale d’identité pour les adultes dans cette zone frontalière d’intenses mouvements humains ?    

 

La radio communautaire est en soi une très bonne chose en ce sens qu’elle demeure au centre de nos préoccupations. Véritable instrument de modernisation elle sert de relais aux nombreux et variés messages, quelles soient de  longue ou de moyenne portée. Et, je profite de vos colonnes pour lancer un appel à toutes les forces vives de Demsa ainsi qu’aux autorités administratives afin de donner un coup de pouce à l’aboutissement de cet outil de communication qui est incontestablement un bien public.

                                            ADAMOU  MAI MOTA



28/05/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres