Rives de la Bénoué

20 MAI A LAGDO

Fête nationale 2010 à Lagdo

Une célébration sans précédent.

 

Mobilisation tous azimuts et déferlement populaire, jamais une célébration n’aura été plus remarquable à Lagdo.

 

Dès 06 heures du matin ce 20 Mai, la place des fêtes de Lagdo était prise d’assaut non pas par le grand public mais par la crème administrative de la ville. Un beau monde venu très tôt s’aviser du dispositif mis en place à la veille mais qui a du prendre un coup du fait de la double pluie qui s’est abattu dans la nuit. Le Maire Mahamat Abakai en personne, l’Adjoint d’Arrondissement et la quasi-totalité des chefs des services étaient à pied d’œuvre pour remettre qui une banderole, qui un fil de la sonorisation, qui pour disposer et numéroter les chaises. M. Abana Limane, Econome de l’hôpital de district de Lagdo, dégoulinant de sueur nous lance : ici, on ne balance pas des ordres aux subalternes, on est impliqué jusqu’au plus haut niveau. Vous n’avez qu’à voir que le Maire en personne dispose les chaises.

De son côté le public continu à accourir dès les premières heures de la matinée pour s’approprier chacun la chaise qu’indique le numéro inscrit sur son billet d’invitation. Visiblement il y aura plus d’invités que de places disponibles ; car selon des informations concordantes de très nombreuses pirogues ont accosté à Lagdo ville dans la journée  du 19 Mai transportant à leur bord des milliers de personnes venues des campements disséminés sur le lac. Jamais une fête n’a mobilisé autant de monde le long de la semaine,  nous confie un agent communal. Quant aux élèves, c’est par dizaines qu’ils arrivaient de leurs villages respectifs à bord des véhicules affrétés par la mairie pour se joindre à leurs paires de Lagdo comme il est de coutume ici lors des célébrations.

         La fête proprement dite commencera avec l’arrivée de Monsieur le Sous préfet NOUHOU BELLO accueilli par le corps constitué dont l’honorable député RDPC ALIOUM FADIL, membre du Parlement communautaire de la CEMAC. Apres l’exécution de l’hymne national par les élèves du CES Bilingue, et la revue des troupes, le « Chef des terres » prendra place à la tribune officielle laissant place aux chants patriotiques et à la cadence des pas des jeunes scolaires. Qu’ils soient de Bamé, de Gouna, de Lamoudam ou de Djippordé, ils ont tous bravé la torride chaleur qui montait au zénith. Chansons, mouvements d’ensemble, tout y passait pour rafler la mise de la meilleure école. Les secondaires et socio professionnels suivront au rythme de la fanfare. Un passage remarquable celui de deux carrés composés d’hommes et de femmes de différentes régions du pays tous âgés de 50 ans et un autre composé de 50 jeunes de tous âges avec comme symbolique le passage du témoin.

         Au passage des partis politiques la foule a réagi par des applaudissements très nourris lorsque le premier rideau  a fait son entrée en scène composé de quatre militants tous de quatre partis différents notamment le RDPC, L’UNDP, LE MDR et LE SDF, marchant au rythme de la fanfare, bras dessous bras dessus, symbole de la diversité mais également de l’unité nationale. Le RDPC qui ouvrira le bal le fera avec manière. Un déploiement jamais vu, un engagement et une ferveur rehaussés par des sexagénaires hommes et femmes qui chantaient de vives voix un chant bien populaire ici dont le refrain est : BIYA-BIYA. Difficile de dire combien étaient ils habillés en tenue du parti ou agitant simplement un morceau de tissu de l’uniforme du RDPC, qui se sont rués sur la piste oubliant par moment tout alignement. Une véritable marée humaine remarque un confrère correspondant d’un titre réputé partisan du camp d’en face. Les autres formations passeront également devant la tribune chacun à son tour levant le point ou les doigts en signe de victoire selon ses habitudes.

         A la fin du défilé, le Sous-préfet NOUHOU BELLO remettra selon la procédure d’usage deux décorations de chevalier de l’ordre de la valeur et de l’ordre du mérite au Maire de Lagdo et un opérateur économique. Avant la remise des prix aux établissements qui ont effectué les meilleures prestations au cours de ce défilé, il a été remis de nombreux prix aux communautés et quartiers qui se sont démarqués le long de la semaine par leur implication dans les activités. C’est à 11 heures 45 minutes que  l’on mettra fin au défilé non sans annoncer les manifestations qui se poursuivront dans la journée notamment un match de football pas comme les autres. Une affaire des quinquagénaires.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INTERVIEW

M. Mahamat Abakai, Maire  RDPC de Lagdo

 

« L’unité nationale a toujours constitué l’un des objectifs majeurs de ce qui gèrent les populations »

 

L’Action : Quelle signification particulière donnez vous à la célébration de la 38ème édition de la fête nationale de cette année ?

         C’est une fête spéciale compte tenu de son caractère historique qui coïncide avec la célébration des 50 ans d’indépendance de notre pays. Nous y avons mis un cachet particulier notamment au niveau de la mobilisation,  nous avons voulu en faire une affaire de tous et je crois que nous avons tenu le pari à Lagdo

 

L’Action : Vous avez organisé des nombreuses activités le long de la semaine de la fête notamment la caravane de l’unité qui a sillonné les établissements scolaires pour évoquer l’histoire du Cameroun. Quelle appréciation faites vous de l’ensemble des activités déployées ?

                   Je voudrais d’abord remercier Monsieur le Sous-préfet pour son implication sans relâche en sa qualité de président de la commission générale d’organisation. Cela a forcément mobilisé toutes les forces vives. Pour parler des activités,  nous sommes entièrement satisfaits de ce qui a été fait. Et pour citer la caravane dont vous faites allusion elle a constitué le point de mire de la semaine au regard de l’intérêt porté par les élèves qui visuellement veulent en savoir  toujours davantage sur l’histoire du pays. Il faut dire d’ailleurs que même les plus âgés ont trouvé cette activité bénéfique.        

 

L’Action : Au regard du caractère cosmopolite des populations qui constituent votre circonscription et en relevant avec satisfaction que la paix et l’harmonie y règne, peut on dire qu’ici l’unité nationale n’est pas un simple discours ?

                   Lagdo, c’est un peu le Cameroun en miniature, où l’on dénombre quelques 65 ethnies vivant toutes en harmonie. L’unité nationale a toujours constitué l’un des objectifs majeurs de ce qui gèrent les populations. Ici, toute activité culturelle telle que la danse traditionnelle concoure à rapprocher et à solidifier les liens entres nos communautés. Je le confirme ici, Lagdo est un havre de paix et d’unité nationale.

 

L’Action : Le RDPC votre parti est largement majoritaire ici à Lagdo, et il vient de le démontrer à travers un grand déploiement lors du défilé, est ce à dire que les jeux sont déjà faits pour les prochaines consultations électorales ?

         Vous savez un adage peul dit qu’il  est erroné de compter les victimes avant la fin d’un combat. Nous continuons à ratisser large en dépit de cette démonstration que vous avez vu. Vous savez l’adversaire ne dort jamais et il ne manque pas d’ingéniosité, c’est pourquoi nous continuons quoi majoritaire à garder les yeux grands ouverts. Nous ne dormirons pas sur les acquis, nous continuerons à mobiliser la base pour un succès sans faille lors de prochaines consultations. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réactions

 

1. Abana Limane, Président de l’organisation du défilé pour le RDPC

Mes impressions sont excellentes après ce défilé. Nous militants du RDPC, avons voulu faire de ce défilé spécial un succès retentissant, et le résultat vous l’avez apprécié de vous-même. Dans la vie de tous les jours nous nous démarquons par notre attachement à la paix et à l’unité, nous l’avons exprimé aujourd’hui à travers les chants et chansons. Je voudrais émettre un souhait celui de voir le Cameroun demeurer dans la paix et l’unité et de voir le RDPC toujours engranger des victoires. 

 

2. Pabamé Alain, enseignant

Nous avons mené une activité au tour de l’histoire du Cameroun le long de la semaine où nous avons entretenu les jeunes sur des questions d’unité nationale et la préservation des acquis. Et s’il faut juger au déferlement des populations et aux chants patriotiques clamaient par les jeunes, il ya lieu de croire que notre message est passé.

 

3. Fatimé Adeline, vendeuse de poissons

 

J’ai 50 ans, j’ai défilé dans le carré spécial et c’était très émouvant. Je ne me suis pas empêchée de penser qu’à ma naissance il y avait une seule école et très peu d’enfants. A voir le monde qu’il y a eu aujourd’hui, je me demande combien seront-ils pour fêter le centenaire ? Je formule le vœu de voir le Cameroun se développer davantage et que les vendeuses de Lagdo dispose d’un espace moderne plutôt que des étales comme c’est le cas maintenant.

 

4. Kalbassou Robert, Gendarme retraité

 

Je salue cet instant mémorable qui marque la maturité de notre pays. Ce 20 Mai est particulièrement célébré ici certainement pour son caractère historique. Je voudrais demander à la jeunesse de toujours privilégier l’intérêt général au détriment de l’égoïsme que l’on constate maintenant. Aux autorités je voudrais dire que la fête de ce jour à démontrer que Lagdo a besoin d(autres infrastructures au regard de la population ; par exemple une deuxième tribune à la place des fête.

Adamou Mai Mota



28/05/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres