Rives de la Bénoué

une solution acceptable à l’épineuse question du coton.

DECLARATION LIMINAIRE
Du 17 au 21 juin 2012, une délégation des quatre pays coauteurs de l’initiative
sectorielle en faveur du coton dénommés « C-4 » (Bénin, Burkina Faso, Mali et
Tchad) a effectué une mission de sensibilisation et de plaidoyer à Washington.
Cette mission a été préparée en bonne intelligence avec les Autorités
compétentes américaines, et conduite par moi-même (Patiendé Arthur KAFANDO)
au nom de mes pairs en ma qualité de Ministre de Coordonnateur du C-4 et a
connu la participation des négociateurs du C-4 auprès de l’Organisation Mondiale
du Commerce (OMC) à Genève, des Représentants des missions diplomatiques
du C-4 à Washington, de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine
(UEMOA).
Elle participe de la démarche du C-4 fondée sur le dialogue, la recherche d’une
solution commerciale durable au problème des subventions du coton dans un
esprit constructif et d’ouverture qui a toujours conduit le Groupe à mettre sur la
table des propositions concrètes, avec pour objectif principal de trouver des
solutions aux problèmes des cotonculteurs africains tout en prenant en compte les
contraintes de ses partenaires dans cette négociation.
La mission du C-4 à Washington s’est déroulée sous la forme de rencontres
bilatérales avec des parlementaires américains (élus du Sénat et de la Chambre
des Représentants), des membres de l’Administration fédérale de haut niveau et
des Responsables d’Institutions de référence sur la question du coton, notamment
le Conseil Consultatif International pour le Coton (CCIC), le National Cotton Concil
(NCC) etc.
La démarche du C-4 participe de la nécessité de mener des actions de
sensibilisation et de plaidoyer auprès des responsables politiques et de l’opinion
publique américains, à cette étape décisive de débats au Congrès américain sur la
révision de la loi agricole (Farm Bill), afin de plaider pour la prise en compte des
intérêts des producteurs africains du coton dans ladite loi.
Il s’agit donc pour le C-4, de plaider pour que les programmes relatifs au coton
envisagés dans la Farm Bill 2012 permettent de réduire les distorsions que les
subventions accordées par le Gouvernement des États-Unis provoquent sur le
marché mondial du coton.
A l’issue de ces contacts, la délégation du C4 salue les actions menées par les
Etats-Unis d’Amérique, en appui au secteur cotonnier africain en général et du C4
en particulier, notamment à travers des programmes spécifiques tels que le
Programme de Renforcement du secteur coton en Afrique de l’Ouest et du Centre
(WACIP) dont une extension pour quatre années a été décidée par le
Gouvernement américain.
Toutefois, le C4 a rappelé que ces actions menées au titre du volet
« développement » du dossier coton ne sauraient porter leurs fruits si des actions
concomitantes ne sont pas menées en vue de la suppression des politiques qui
créent des distorsions au commerce international du coton.
A cet effet, le C-4 a exprimé sa vive préoccupation par rapport à certains
mécanismes prévus dans le projet de la Farm Bill en discussion, notamment le
« Stacked Income Protection Plan for Producers of Upland Cotton » (STAX) qui
pourrait conduire dans le commerce international du coton, à une situation
beaucoup plus distorsive que celle actuelle.
La mission à Washington a constitué donc une opportunité de choix pour faire
valoir les arguments des cotonculteurs africains et pour inviter surtout les
législateurs américains à réfléchir à la réforme de leurs subventions au coton dans
un sens qui ne heurte pas davantage ou plus longtemps les producteurs des pays
en développement, notamment africains.
Au terme de cette mission, le C-4 se satisfait d’avoir pu rencontrer des
interlocuteurs américains de haut niveau et salue la bienveillante écoute dont il a
bénéficié et qui consolide la qualité des échanges constants qui se sont instaurés
depuis quelques années entre les deux Parties. Le C-4 se réjouit, en outre, de
l’attachement des Etats-Unis au système commercial multilatéral de l’OMC et au
Cycle de Doha, y compris dans sa composante « Développement ».
Tout en saluant encore une fois les efforts appréciables des Etats-Unis d’Amérique
pour ce qui est justement du volet développement de la question du coton,
notamment dans le cadre d’Accords bilatéraux et régionaux, le C-4 appelle de tous
ses voeux une véritable entrée en matière du partenaire clé que constitue la Partie
américaine, dans le cadre des négociations commerciales multilatérales et sur la
base des acquis des négociations à l’OMC, notamment du mandat de Hong Kong.
Le C-4 réaffirme sa disponibilité à s’engager, comme par le passé et dans un
esprit constructif, dans des négociations franches avec la Partie américaine et les
autres parties prenantes, afin de trouver enfin
En effet, du règlement de cette question dépendent la stabilité économique et
l’équilibre social de nombreux pays africains comptant parmi les plus pauvres et
vulnérables de la planète.
Je vous remercie de votre aimable attention.
Toute la délégation du C4 se tient à votre disposition pour d’éventuelles questions.
Washington, le 20 juin 2012



23/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres