Rives de la Bénoué

système éducatif camerounais.

 

Consultations régionales sur le système éducatif camerounais.

Arrimer le système éducatif à l’émergence du pays en 2035

 

Les membres de la communauté éducative des régions septentrionales du Cameroun ont planché sur les grandes préoccupations soulevées par le système éducatif et surtout sa capacité à accompagner notre pays vers l’émergence en 2035

 

Au moment où le Cameroun se déploie pour être un pays émergent en 2035, il est incontestable qu’il lui faut former un capital humain solide capable de soutenir sa croissance surtout à l’ère dit des grandes réalisations. Ce déploiement passe certes par les projets structurants mais aussi et surtout par une réflexion profonde sur notre système éducatif. En d’autres termes Le système actuel est-il en mesure de conduire notre pays à bon port ? C’est Pour mieux cerner et répondre à cette question que les administrateurs, les responsables de l’éducation de base, des enseignements secondaires et supérieurs et de la société civile se sont retrouvés à Garoua pour passer en revue les contraintes qui pèsent de tout leurs poids sur notre système éducatif ainsi que ses forces et ses faiblesses.

Ces acteurs impliqués dans le système venus des trois régions du grand nord ont planché pendant deux jours sur ce sujet très délicat. Déjà à  l’ouverture des travaux, le Gouverneur de la Région du Nord, Joseph Otto Wilson a bien émis le vœu de voir les ateliers déboucher sur des  résolutions pertinentes en faveur des nos enfants qui sont encore sur les bancs afin d’arrimer le système éducatif camerounais aux canons de la mondialisation et faire de l’éducation un moyen efficace de lutte contre la pauvreté.

« En 2006, le gouvernement camerounais a élaboré une stratégie de l’éducation qui avait pour principe directeur l’universalisation de l’enseignement primaire et la régulation du niveau d’enseignement. Cette stratégie a été approuvée par les partenaires  financiers et techniques, ce qui a abouti au financement de beaucoup d’activités» a relevé M. Bobbo Mamoudou, membre de l’équipe technique de la consultation régionale sur la stratégie  sectorielle de l’éducation. Cet accord des partenaires a abouti à  la contractualisation des enseignants avec le programme FPI (Fast Tract Initiative) de concert avec le C2D qui ont  permis en outre de recruter plus de 3000 enseignants du primaire. Cette initiative basée sur l’éducation pour tous s’est traduite également par la construction des salles de classe.

Les participants souligneront qu’un changement du paradigme en 2010 a débouché sur l’adoption d’une nouvelle politique pour un Cameroun pays émergent à l’horizon 2035, démocratique et uni dans sa diversité à travers le document des stratégies pour la croissance et l’emploi (DSCE). L’éducation fait partie prenante de cette nouvelle stratégie puisqu’elle s’articule sur une nouvelle démarche  qui se veut  participative de la base vers le sommet.

 

Pierre ABDOU



30/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres