Rives de la Bénoué

Le Ministère du commerce veut voir clair sur le sucre importé

Nord: Lutte contre La vie chère

Le Ministère du commerce veut voir clair sur le sucre importé

Une mission a sévi dans les marchés de Garoua avec pour objectif de s’assurer des preuves de la régularité de l’importation et de la stabilité des prix du sucre afin de sauver les petits ménages de la hausse des prix de ce produit de consommation de masse.

MARTIN CHARLES ABESSOLO CHEF B NAT CONTROLE ET REP FRAUDE.JPG
Une mission du ministère du commerce se déploie à Garoua pour assainir le marché, plus précisément celui du sucre secoué par les véreux hommes d’affaires de la ville juste après la célébration de la fin du mois du Ramadan. « Le sucre parce que ce produit  fait parti des filières sensibles, le ministre du Commerce Magloire Atangana a instruit ce contrôle sur les produits de grande consommation dans le but de lutter contre la vie chère » a fait savoir Martin Charles Abessolo, chef de brigade nationale de contrôle et de répression de fraude au  Ministère du commerce. Des mesures prises par le gouvernement qui instaure une accalmie dans le secteur et une sérénité visible sur le plan d’approvisionnement et du prix a indiqué le chargé de mission.

Il reste à noter que cette accalmie s’accompagne de l’entrée sur le marché de certains produits importés qui nécessairement rentre dans le processus d’importation en règle avec les lois en vigueur. C’est pour se rassurer de la qualité et de la régularité de ce marché à Garoua, que tous les magasins de stockage et les points de vente du sucre sont passés au peigne fin. Ce contrôle inopiné des services centraux du Ministère du Commerce vient en appui à la Délégation régionale sur place qui assure la continuité du contrôle sur le marché régional.  « Nous faisons des contrôles classiques perpétrés par les services déconcentrés du Ministère du Commerce avec nos éléments  chaque fois sur le marché pour freiner les intentions des spéculateurs et pour avoir la maîtrise sur le circuit d’approvisionnement» a déclaré M. Dahirou, Délégué régional du commerce pour le Nord .

La descente musclée des services centraux du Ministère est commise sur le terrain à en croire le chef de brigades a pour objectif d’alerter le Mincommerce qui «  peut commettre des opérations coup de point comme celle que nous menons aujourd’hui ». Cette opération ponctuelle suit un processus classique d’étude de dossiers, la continuation est menée par les services de commerce en place. Selon le chargé de mission de contrôle, les produits visés ne subissent pas la même dévolution, à chaque produit correspond une batterie de sanctions précises. Et pour le cas du sucre dont le contrôle est mené, tout est question de la qualité du dossier que chaque opérateur présente. « Par exemple celui qui aurait importé du sucre et s’est rendu coupable du trafic au niveau de la douane, le responsable de cette unité sera saisi pour appliquer les mesures appropriées par nos textes, si non on saisie la hiérarchie et le ministère décide » a expliqué le chargé de mission de contrôle et de repression. 

                                                                                                                                 PIERRE ABDOU

 

Réaction :

Martin Charles Abessolo,

Chef de brigade nationale de contrôle et de répression de fraude au ministère du commerce

Le marché du sucre est calme sur le plan du prix et de l’approvisionnement      

Le sucre qu’on a trouvé sur le marché de Garoua n’est pas tout fait mal affranchi. L’importation du sucre n’est pas interdite sur le marché, mais il faut seulement s’acquitter de toutes les exigences fiscalo douanières qui entourent ces opérations. Pour les contrevenants,  nous allons procéder à une étude approfondie des dossiers qui sont soumis par les opérateurs concernés et les décisions seront prises  en rapport avec les textes. Chacun doit produire la preuve de la régularité de son importation et je rassure que toutes les sanctions sont encadrées par les textes pour le bonheur des populations. Grace à toutes ces mesures, le marché du sucre est calme sur le plan de l’approvisionnement et des prix et c’est ça le bénéfice que peut tirer les populations. Les textes prévoient des sanctions nécessairement inhérentes aux récidivistes. Nous nous attachons aux limites fixées par le ministre du commerce et appliquons les textes qui sont prévus.



23/08/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres