Rives de la Bénoué

L’agriculture de 2e génération se met en place dans le Nord

Campagne agricole 2012

 

 

 

L’agriculture de 2e génération se met en place dans le Nord

 

La localité de Lagdo dans le Nord qui a servi de cadre au lancement de la campagne agricole 2012 pour les Régions septentrionales a surpris plus d’un.

 

Les cultures du Sud poussent aisément dans la zone Soudano-sahélienne. C’est le constat fait par le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural lorsqu’il a visité les différents stands d’exposition des produits agricoles organisée à l’occasion de cette cérémonie de lancement de la campagne agricole de cette année dans le septentrion. Au vu de ces différents stands, la conclusion qui se dégage est que rien n’est impossible sur les sols du grand Nord qu’on croît visiblement affaibli. Dans son discours de circonstance M. ESIMI MENYE, Ministre de l’Agriculture et du Développement rural a relevé que  «Le grand Nord, cette partie du pays à écologie fragile occasionnée par l’insuffisance et l’irrégularité des pluies, les inondations », a contre toutes attentes, des potentiels pour une production agricole diversifiée de par ses réserves d’eau.

Cependant « cela nécessite un peu de moyens et de techniques pour résorber le déficit alimentaire. A cela s’ajoute une lutte sans merci aux ennemis du secteur agricole qui est un moteur de l’économie camerounaise  que sont les spéculateurs » a remarqué le Représentant des Agriculteurs dans le grand Nord, Monsieur BINDOHO Yaya.  Une agriculture « qui passe par la modernisation des infrastructures du monde rural, le renforcement des capacités des agriculteurs et la gestion des ressources durables dans l’optique d’améliorer la productivité de la filière agricole », prescription du ministre en charge de l’Agriculture ESSIMI MENYE. Le MINADER était en contact avec les réalités du terrain qui ipso facto le rassurent pour un lendemain meilleur avec l’office céréalier, la ferme semencière de Sanguéré Njoï, les installations de la MEADEN, la SAIB, le Barrage hydro-électrique, l’IRAD qu’il a pris soin de visiter.

Pour marquer d’une pierre blanche cette volonté du Chef de l’Etat pour une agriculture de 2e génération, le Ministre a accordé des appuis multiformes aux organisations paysannes : il s’agit des tracteurs, des instants agricoles, des appareils pulvérisateurs et autres matériels de travail. Il s’agit a relevé le MINADER  d’un processus qui est miss en œuvre afin de mettre en mal le déficit alimentaire en général et pour que le grand Nord soit un grenier alimentaire dans la Sous-région. Il faut donc conjuguer les efforts et renforcer des partenariats solides entre l’Etat, les Agriculteurs et les bailleurs de fonds. Le Ministre de l’Agriculture a promis la réhabilitation des fermes semencières dans le grand Nord afin de faciliter la multiplication des semences et l’augmenter la capacité de l’Office céréalier. Il sera également question  d’équiper les écoles techniques pour que les jeunes maitrisent les outils, de faciliter l’accès au financement à travers les micro-finances, et puis le Ministre a annoncé l’ouverture imminente de la Banque agricole qui répondra mieux aux besoins des seigneurs de la terre. Dans tous les cas a conclu le Ministre en charge du monde rural, « les populations du grand Nord sont très laborieuses. Le MINADER va les aider  à développer les bonnes semences pour améliorer les performances. Le projet de micro-irrigation sera amélioré.”

 

 

 

Réactions.

Mahamat ABAKAÏ, Maire de Lagdo.

« La zone de Lagdo est essentiellement agricole puisque plus de 80% de sa population vit de l’Agriculture. La Production annuelle est estimée à pris 80.000t de céréales, grâce au barrage d’une capacité de 7,5 milliards de m3 d’eau permettant d’irriguer 17.000ha, la présence du projet hydro agricole sous MEADEN et SAIB et la culture du coton. Tous ces facteurs agricoles contribuent à l’amélioration des conditions de vie des habitant de cet Arrondissement ; mais Lagdo est fait face à un tableau sombre, tel l’insuffisance des parcelles aménagées car la superficie est restée statique à 1000ha aménagés en l’espace de 24 ans alors  17000ha sont aménageables. L’insuffisance des subventions de l’Etat aux agriculteurs, les difficultés d’accès aux engrais à cause des prix élevés, la présence des oiseaux granivores, le, manque de semences améliorées et les moyens mécaniques de labour et l’insuffisance d’encadreurs pour les planteurs. »

 

BINDOHO Yaya, Représentant des Agriculteurs des régions septentrionales.

« Les principaux problèmes qui minent les planteurs sont la non maitrise de l’eau, le dégât des criquets et oiseaux granivores, la cherté et l’indisponibilité d’engrais, l’enclavement des zones de production, la vente des produits à des prix  non concertés, la dégradation des sols, le manque du matériel agricole. Les pouvoirs publics font de gros efforts mais l’offre est loin de rattraper la demande plus en plus croissante. »

 

Réaction

ESSIMI MENYE, MINADER

« The Government is determined to support Agriculture we been producing over the Last fifty year, just to feed our people. Now we have to transform agriculture from food for family to business for families. We’ll be producing now to create wealth for everybody. Now we can improve our well being. To work technical people from Agriculture to get access to good seed, to receive good advice and the support the government. If we work in this way, we can transform our agriculture. “

    

 



02/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres