Rives de la Bénoué

Disparition progressive du couvert végétal

Nord : Disparition progressive du couvert végétal

Des appuis financiers pour inverser la tendance actuelle.

Les Communes, Communautés, ONG/GIC ont reçu dix millions du MINFOF pour  s’impliquer sans réserve dans la lutte contre la désertification à travers la plantation de  dix mille arbres en 2O13 en vue d’inverser la tendance de la dégradation.


La migration des populations sans cesse croissante vers les terres plus fertiles n’est pas sans incident sur l’environnement. La création des nouvelles terres cultivables nécessite une dévastation sans pitié de la forêt. En quelques décennies seulement, les populations ont pris d’assaut les zones les plus arrosées. Des villages sortent des terres dans les parties Sud et Est du Nord et le long de la nationale N° 1 Garoua-N’Gaoundéré détruisant ainsi tout le couvert végétal.

Le lancement de la campagne de reboisement 2013 dans la Région est passé par la sensibilisation du public sur le rôle que joue l’arbre pour pallier aux conséquences fâcheuses du changement climatique comme celle vécue l’année dernière dans cette partie du pays. Des affiches et banderoles ont servi de supports à la Délégation Régionale du MINFOF pour faire passer le message.

La cérémonie présidée par le Gouverneur Joseph Otto Wilson et une convention signée avec les Communes et Communautés, ONG/GIC et Associations viennent contribuer de manière significative à la mise en œuvre du programme national de reboisement. Des appuis financiers mis à leur disposition pour planter dix mille arbres dans le Nord en début de cette saison pluvieuse. Les espèces d’arbres à planter sont les Nîmes, les caïcédras, l’acacia, et autres espèces qui sont disponibles dans les pépinières des acteurs locaux que sont les Communes et les Communautés. Ces acteurs qui ont intérêt à assurer la sécurité énergétique constituée de biomasse.

Chaque Commune et Association bénéficie d’un million de frs pour entretenir ces plantations car  « rien ne sert de planter un arbre si l’on ne peut pas l’entretenir » a insisté Ouldra Malai Jean Claude ; Délégué Régional du MINFOF pour le Nord. Immédiatement les bénéficiaires ont signé des conventions avec la tutelle. Une somme de dix millions pour dix Communes qui sont : Les Communes  de Garoua 1er, de Garoua 1er, de Garoua 3è, de Guider, de Mayo Oulo, de Figuil, de Poli, de Rey Bouba, de Tcholliré et de Touboro.  Selon le Délégué des Forêts et de la Faune, des commissions d’évaluation seront constituées en vue d’apprécier les résultats. Evaluation qui déboucheront sur les sanctions pour les mauvais élèves mais aussi sur les récompensassions pour les méritants.

« Si l’on veut éloigner le décor planté par la coupe abusive du bois pour le charbon et le bois de chauffe, l’envahissement des aires protégées ( Zone d’Intérêt Cynégétique et Parc National) par les bergers transhumants, l’incivisme, l’urbanisation et l’élevage, alors ces appuis financiers doivent servir à la plantation des arbres et à leur entretien pour compenser le déficit annuel en plantes » a recommandé M. Wilson Joseph OTTO. Selon le Gouverneur, les catastrophes naturelles de 2012 sont imputables au changement climatique néfaste pour l’économie locale et le retard de la saison des pluies en 2013. Ce « vandalisme » sur l’environnement a conduit les Régions du Nord à subir la disparition progressive du couvert végétal dont la conséquence majeure est inéluctablement le changement climatique. Les effets sont visibles à savoir: la sécheresse, l’augmentation de la température, les orages, les inondations et bien d’autres catastrophes. Jusqu’à la fin du mois de juin, les seigneurs de la terres implorent les dieux des pluies d’en envoyer suffisamment pour que cela n’affecte pas les prochaines  récoltes. Les arachides, le sorgho de saison de pluies, le coton devraient être déjà semés plutôt en début en mai. Ce qui n’est pas le cas à cause de la rareté des pluies.

Les appuis remis aux acteurs locaux du reboisement leur permettent de lutter contre cette dégradation des écosystèmes, l’érosion des sols et bassins versants.  Le transfert du reboisement aux communautés par le MINFOF en 2003 a engagé les communes à la création des pépinières communales, aux ONG/GIC à la création des pépinières villageoises. Certaines entreprises de la place telle ROCAGLIA à Figuil utilisant le bois de chauffe  mettent également à la disposition des populations de son rayon d’action des différentes espèces de plantes pour booster la lutte contre le déboisement. Chaque année, elle distribue gratuitement les plantes  en fonction de la demande.

                                                                                                      Pierre Abdou.             



08/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres