Rives de la Bénoué

Affaire Marafa: Le Nord réagit

Situation politique dans la Bénoué

 

 

Le Président Youssoufa Daoua fait le point

« Garoua a été et demeure une ville responsable »

 

A  travers plusieurs médias ont annoncé des remous et des élans de boycott de toute activité gouvernementale dans la ville de Garoua. Les Militants du RDPC se sont sentis indexés et frustrés suite à ces déclarations qui s’apparentent à celles des oiseaux de mauvais augure ou qui veulent pousser les populations de Garoua à la désobéissance et à la révolte. Face à cette situation que les responsables du partis jugent inadmissible, le Maire de la Commune d’Arrondissement de Garoua 1er et par ailleurs Président de la Section RDPC Bénoué Centre I a tenu à rétablir la vérité à travers une mise au point de la situation politique qu’il a confiée à notre reporter ABDOU Pierre.

L’Action : A l’occasion de la 40ème édition de la fête nationale de l’unité le RDPC a démontré sa grande capacité de mobilisation en battant tous les record au de participation au défilé alors qu’il y a quelques temps certaines presses ont annoncé l’apocalypse dans les rangs du RDPC. Qu’est-ce qui se passe exactement ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : La célébration de la 40ème édition de la fête nationale de l’unité me donne l’occasion de dire un mot aux responsables du RDPC suite aux déclarations infondées que nous avons boycotté l’installation du Gouverneur et que nous allons boycotter le défilé du 20 mai. C’est dommage que ces déclarations soient faites par un responsable tout aussi dommage pour les autorités du renseignement qui n’arrivent pas à chercher l’information à la base.

Je profite de l’occasion pour remercier le Commandant de la Légion de Gendarmerie du Nord qui pour une petite vérification de sa part a appelé notre Président de Section OJRDPC qui est allé le rassurer en ce sens que les jeunes sont sereins au RDPC et qu’ils sont entrain de bien organiser la fête. Nous ne sommes pas là pour certaines personnes en mal de sensation, qui disent du n’importe quoi. Il faut que  les responsables du renseignement sachent où trouver l’information. On ne peut pas généraliser les déclarations d’un individu à tous jusqu’au point d’alerter Yaoundé et que les presses publient des faussent informations et envoyer par la suite quelqu’un sous la bannière d’une association pour nous aider à relever le défi pour le défilé. Personne ne peut venir de l’extérieur pour relever le défi.

Les militants du RDPC sont là depuis très longtemps, depuis les premiers pas de la démocratisation en 1990. Nous étions peu de militants en ce temps. Le résultat c’est l’échec aux élections de 1992. En 1997, nous avons abattu un grand travail de militantisme et nous avons gagné deux députés. En 2002 nous avons gagné les quatre autres députés de la Bénoué.

Le RDPC comme tout autre parti politique se bat pour exister. Mais qu’on ne prête pas le flanc à la rumeur qui évoque une division causée par l’arrestation de M. MARAFA HAMIDOU YAYA. Qu’on ne profite pas de cette arrestation pour se faire leader à Garoua. Nous sommes partis de la base et on ne vient pas prendre la place de leader en passant par des chemins sinueux. Certains ne connaissent même pas ou ne résident pas à Garoua mais veulent s’accaparer du leadership. Pour être leader de la Bénoué ou du Nord cela n’est pas exclu. Mais que ces prétendus leaders gagnent les élections ! On se donne rendez-vous en 2013. S’ils gagnent ils seront reconnus comme tels.

L’Action : A un certain moment de l’histoire que vous avez commencé à évoquer, Monsieur le Président, le RDPC se cherchait face à l’opposition. Qu’en est-il exactement aujourd’hui ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : En 1992 l’UNDP avait gagné les élections dans la Bénoué. Personne n’a contesté. Avec notre militantisme avéré, nous lui avons tout arraché. Actuellement l’UNDP n’est plus leader, mais le RDPC qui est le parti le plus fort dans la Bénoué. Nous avons 08 Commune sur 12, 03 députés sur 04. Ce sont les populations qui font d’un parti ou d’un individu leader. On ne se décrète pas leader. L’UNDP, le FSNC et les autres nous les considérons comme les partis de l’opposition. La bataille sera rude aux élections locales. A l’élection présidentielle ils ont contribué à leurs manières à la victoire de Paul BIYA. Le Président de la République les a reconduits dans le gouvernement. Les raisons de leur maintien ne relèvent que du pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat, pour diriger le pays dans l’unité et dans la paix.

L’Action : Comment considérez-vous sur ces responsables à qui votre président national et président de la République a fait confiance et qui ne sont pas moins fils de Garoua ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : Pour nous ce sont des opposants. Et nous n’admettons pas que quelqu’un affirme qu’il est venu à Garoua et a rencontré toutes les parties prenantes et qu’il y a la paix à Garoua ! Effectivement il y a la paix, il y a l’unité à Garoua, il n’y a aucune inquiétude sur ce plan. Mais dire qu’il nous a rencontré, c’est du pure mensonge et à ciel ouvert. De quel droit il peut nous appeler ? C’est un Président d’un parti ! On peut se retrouver dans une réunion présidée par l’administration ou par Elecam ! Mais nous appeler  pour demander comment se comporte Garoua, c’est de l’aventure.

L’Action : Et si Le Ministre Issa Tchiroma puisqu’il s’agit de lui, était en mission du Chef de l’Etat, Président national du RDPC ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : S’il est en mission de par le Président de la République ça ne nous concerne pas. De tout temps le RDPC a été tenu par les élites qui l’ont soutenu à temps et à contre temps. Jusqu’à maintenant nous sommes encore là. Personne ne peut nous arracher cette gloire. Le RDPC est notre parti et nous avons accepté rester dans ce parti. Tout le monde s’est rallié à d’autres partis en 1992. Nous, nous sommes restés au RDPC, malgré les échecs aux élections. Nous n’avons pas déambulé jusqu’à relever le RDPC, Dieu merci. Que personne ne raconte des bobards. Je préfère que ces personnes viennent à la base, chercher les responsables pour discuter  avec eux et que nous leur disons les quatre vérités que de fonctionner  à base des petits renseignements, des ragots pour en faire une grosse publications dans les colonnes des journaux. Si les prétendants au leadership pensent gérer le pays de cette façon, c’est que c’est le fiasco. Vous avez vu comment nous avons mobilisé les militantes et militants pour le défilé !

L’Action : Et si les détracteurs sortaient des rangs du RDPC ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : Alors nous les considérerons comme les ennemies et traités comme tels. Le Gouverneur Joseph OTTO Wilson est surpris par cette forte mobilisation au point de remercier les responsables des partis politiques. Nous sommes fiers d’être dans le RDPC.

Les gens ont fait des tracts au nom d’un chef traditionnel au sujet de ceux des élites que l’épervier a pris. Le chef traditionnel a réagi violemment en écrivant à tout le monde qu’il n’y est pour rien dans cette histoire. La police a vérifié et trouvé que c’est vrai. Ce tract parlait de la manifestation de mécontentement des militants et non de la libération ! Les gens parlent de sa libération, mais nous on attend la justice. Il y a eu beaucoup de choses qui se sont passées à Garoua. J’ai 66 ans, Garoua est ma ville natale, j’y ai grandi. Garoua a été et demeure une ville responsable.

En 1990, lors de l’avènement de la démocratie, il y a eu des troubles partout. Mais Garoua est resté calme même s’il y a eu quelques velléités sur les axes du fait de certains responsables de l’UNDP de l’époque. Mais tout cela n’a accouché que d’une souris. Alors qu’ailleurs les gens ont brulé des édifices publics avec des morts d’hommes, Garoua a gardé son calme traditionnel.

En 2008, les gens ont manifesté pour la faim. Garoua n’a pas bougé. Nous sommes patients et savons que notre pays a besoin de la paix pour émerger. Nous avons compris que le Président BIYA veut la paix et bâtir le pays dans la paix. Les gens sont pressés de dire n’importa quoi. Qu’ils viennent à la source, nous leur dirons la vérité.

L’Action : Le Parti est-il affaibli par l’arrestation de Mme Haman Adama et de M. Marafa  Hamidou Yaya ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : Avec l’interpellation de Marafa, nous voulons rassurer tout le monde qu’il n’y a pas de division au sein du RDPC. Que diriez-vous aussi de ceux du parti RDPC qui sont morts ? Le RDPC a été soutenu depuis 1992. Imaginez un instant où sont feu Hayatou, Alhadji Tidjani, Alhadji Fadil, Maïdadi Sadou ? Tout ce monde ont soutenu le RDPC mais ne sont plus. Mme Haman Adama a été interpellée également ! Elle a soutenu avec force le RDPC. On attend la décision de la justice. Marafa a été arrêté, il y a un vide, mais les militants sont confiants. C’est vrai il y a une partie des militants qui sont mécontents parce que nous n’arrivons pas à leur expliquer pourquoi on a arrêté Marafa ! C’est une affaire de la justice, laissez la justice faire son travail. S’il est innocent il sera acquitté. Son arrestation n’a rien à voir avec le fonctionnement du parti RDPC.

Garoua n’est pas écarté des instances de décision du pays. Nous avons Youssouf Adidja Alim, le Lamido de Garoua et les autres qui siègent au gouvernement même s’ils sont de l’opposition. Avant on avait un Ministre d’Etat au gouvernement. Mais çà ne tardera pas à venir. Laissons le temps au président de décider en temps opportun. Garoua n’est pas plus que Maroua ni Ngaoundéré. Nous avons tous voté aux présidentielles passées. Nous avons contribué à la victoire de BIYA à hauteur de 84%. Ce n’et pas pour autant dire que c’est un droit. Lors de la formation du gouvernement le président a reconduit certains de ses alliés comme BELLO BOUBA MAÏGARI, ISSA TCHIROMA, on ne lui demande pas des explications. Toutes les élites sont là. Personne n’est parti.

L’Action : Quelle est la compréhension au niveau des élites ? Sont-elles soudées ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : Nous sommes des responsables à la base et personne n’a renoncé au RDPC. Pour préparer cette fête nous avons fait un appel de fonds. Comme d’habitude, les responsables ont contribué. J’ai bien la liste. Une liste qui s’élargit. Il y a d’autres élites qui s’ajoutent. Marafa est un cousin, un neveu, un grand frère, un petit pour d’aucun. Ca n’a rien à faire avec le parti qui est une question de choix. Tout le monde a la famille et quand un membre est au comble du malheur, le reste de la famille est choqué et pleure. Mais çà n’engage en rien notre adhésion au RDPC. A la place du défilé, un militant de l’UNDP me dit qu’avec l’arrestation de Marafa, l’UNDP va prendre tous les sièges de député. Je lui ai dit d’attendre les élections, là on saura qui est qui ? Quand l’opposition trouve des moyens de nous narguer ici, c’est normal que les gens se fâchent. Nous sommes conscients du problème mais sereins. Avec la création des nouvelles sections nous nous sentons renforcés et nous nous battrons aux élections.

L’Action : Comment a été accueilli la création d’une section RDPC à Garoua III ? Est-ce une arme de plus pour le parti d’accroitre son leadership ?

M. YOUSSOUFA DAOUA : J’ai été responsable du parti lorsqu’il couvrait tout le Département de la Bénoué. J’étai Vice-président. La section a connu un éclatement en deux, Bénoué Est et Bénoué Ouest. C’est à ce moment que je suis devenu Président de Section jusqu’à ce jour. Nous avons au cours d’une conférence, solliciter la création d’une Section à Mayo Hourna et à Garoua III, parce que pour l’encadrement des militants il faut des gens à leurs côtés. Nous remercions le Président national pour avoir répondu favorablement à notre demande. La création de la section Bénoué centre III qui correspond à l’Arrondissement de Garoua III et celle de Bénoué centre IV qui couvre l’Arrondissement de Mayo Hourna dont le chef lieu est Barndaké. C’est une marque de responsabilité et cela permettra aux responsables qui seront élus d’encadrer les militants à la base. Etant à leurs côtés, ils comprendront mieux leurs problèmes.

J’appelle les militants à rester sereins, de ne pas faire attention aux cris des individus en mal de sensation. Nous avons la refonte des listes électorales devant nous et les élections locales. Nous devons resserrer les rangs, le parti compte sur eux.

Propos recueillis par ABDOU Pierre

 

 



21/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres